foto1
foto1
foto1
foto1
foto1

L'amitié par la connaissance mutuelle

Дром Нева Волга

Drôme Neva Volga

Взаимное познание

это условие искренней дружбы

Get Adobe Flash player

Choisir la langue

Français ou Russe

Выбрать Русский или французский язык

Agenda

Lettre d'information

Conditions d'utilisation

Connection

Accès réservé

Saison culturelle à Crest
Jeudi 18 octobre
dans la grande salle de l’Éden :
Le discours de Harward
prononcé par Alexandre Soljenitsyne
1re partie - 19 h : Le discours de Harvard, prononcé par Alexandre Soljenitsyne le 8 juin 1978, interprétation théâtrale mise en scène par Grégoire Lopoukhine. Hervé Mariton fait revivre le Discours de Havard, texte intense, puissant prononcé le 8 juin 1978 par Alexandre Soljenitsyne. À cette occasion, l’auteur avait surpris par ses propos. En effet, Alexandre Soljenitsyne s’était exprimé comme un visionnaire, alertant sur le destin fatal vers lequel courrait l’Occident. Quarante ans plus tard, ce texte vise juste et parfois provoque. Les enjeux de l’identité et du progrès, de la morale et de la liberté, de la limite et de l’élévation y sont magistralement annoncés. Hervé Mariton, membre du comité pour le centenaire de Soljenitsyne, lecteur passionné de Soljenitsyne, propose ce texte afin de transmettre une exigence éthique, l’angoisse de l’idéal.
2e partie - 20 h 30 : Les derniers jours du Général Samsonov d’après Août 1914 d’Alexandre Soljenitsyne par la compagnie Frontale. Août 1914, l’armée russe s’est engagée en grande fanfare dans la guerre. En réalité, la médiocrité et le désordre règnent. À la tête de la seconde armée, le général Samsonov est contraint d’obéir aux ordres absurdes du commandement, quitte à mener l’armée entière vers la défaite et vers le déshonneur du Général. Le roman de Soljenitsyne se dévore page après page, on suit, le souffle coupé, l’implacable déroulement des événements qui conduisent à la défaite de l’armée russe. Dans cette pièce, deux comédiens et un tréteau représentent l’état-major et une vingtaine de personnages. Spectateur, on ressent la force et la puissance du grand roman de Soljenitsyne, qui oscille entre la description pathétique et hilarante d’une armée ronronnant de médiocrité et la fin tragique et terrible du Général Samsonov.