foto1
foto1
foto1
foto1
foto1

L'amitié par la connaissance mutuelle

Дром Нева Волга

Drôme Neva Volga

Взаимное познание

это условие искренней дружбы

Get Adobe Flash player

Choisir la langue

Français ou Russe

Выбрать Русский или французский язык

Agenda

Lettre d'information

Conditions d'utilisation

Connection

Accès réservé

Par Liudmila Romanova-Plouviet  
Je m'appelle Liudmila et ie vous invite à suivre notre voyage en Russie, à Saratov. Ou plutôt à partager mes remarques sur le thème : le regard d'un français sur la vie en Russie.

Tout d'abord je vous raconterai les impressions de voyage de mon mari lors de son voyage en train entre Moscou et Saratov et ce qui l'a le plus marqué à cette occasion. Ainsi nous sommes entrés dans le wagon où il fallait passer notre nuit, et plus précisément quinze heures de voyage.

Et que font les gens dans le train après s'être installés et après que le personnel de bord leur ait souhaité un bon voyage ? Eh bien tous commencent à s'activer pour préparer leur repas. C'est là que notre imprévoyance a commencé à se faire sentir.

Voyant que parmi les passagers il y avait un français, tous ses voisins se mirent à partager leurs provisions et à le gaver. A la russe ! Alcool, bière et thé, bonbons, sucreries et gâteaux. Certains passagers allèrent acheter du thé à l'accompagnatrice du wagon, d'autres l'abreuvèrent de raki. Ainsi passèrent les premières heures.

A suivre ...

Ludmila_romanova_1
Ludmila_romanova_2
Ludmila_romanova_3
Ludmila_romanova_4
Ludmila_romanova_5
Ludmila_romanova_6
Ludmila_romanova_7
Ludmila_romanova_8
1/8 
start stop bwd fwd
 

Par Liudmila Romanova-Plouviet 
Sachant que la ville de Engels se trouve tout près, nous avons décidé de visiter ce "lieu sacré". Je veux parler de l'endroit où notre cosmonaute Iouri Gagarine s'est posé au retour de son vol dans le cosmos.
Le 12 avril 1962, près de la ville de Engels, dans le district de Saratov, les habitants du village de Smelovk entendirent une détonation dans le ciel et virent deux parachutes qui descendaient vers le sol. Les villageois sur le moment ne réalisèrent pas qu'ils étaient les témoins d'un événement historique de portée universelle. Depuis ce jour, le 12 avril est devenu la journée mondiale des cosmonautes. Le lieu de l'atterrissage, près de Saratov, de Gagarine, premier homme envoyé dans l'espace, fut plus que symbolique, car six ans plus tôt il terminait brillamment sa formation technique à l'institut universitaire, précisément, de Saratov.

En 1965, à l'emplacement de l'atterrissage, fut construite une obélique de 27 mètres, ayant la forme d'une fusée au décollage.

En 1981 sur l'esplanade devant l'obélisque fut érigé un monument sculpté en souvenir de Iouri Gagarine. Depuis, autour du monument une allée a été aménagée et un complexe architectural baptisé "le champ de Gagarine" a été construit. Il a aussi été décidé d'inclure dans les guides touristiques l'emplacement de l'atterrissage du premier cosmonaute.

En 2011, pour le cinquantième anniversaire de l'envoi du premier cosmonaute dans l'espace, un mémorial baptisé "galerie des cosmonautes" a été inauguré à l'emplacement de l'atterrissage de Gagarine. En dehors de ce centre d'intérêt essentiel, une composition consacrée au savant fondateur de l'astronautique Tsyolkovski et au bâtisseur de l'industrie spatiale russe Korolev, ainsi que des portraits en bas-reliefs représentant 12 cosmonautes, dont notamment German Titov, Valentina Terechkova et Svetlana Cavintska, conduisent au complexe mémorial avec une fusée s'élançant dans l'espace et le monument dédié à Gagarine.

Sur le chemin du retour, Philippe fut particulièrement intéressé par le superbe alignement de tresses des jeunes filles. Et je me suis rappelé qu'il avait un jour été frappé par le tableau constitué par les élèves distingués le premier septembre : les fleurs, les étudiantes élégantes dans leurs uniformes, avec un énorme ruban dans les cheveux, les yeux brillant de joie. Mais c'est une autre histoire, celle du jour de la science en Russie. Pour ce qui est des jeunes filles : vu la vitesse avec laquelle elles filent sur leurs talons à travers les ruelles défoncées, on peut toujours courir pour essayer de rattraper ces beautés !

 Ludmila romanova 4